…Allons enfants…

Allons enfants de mon pays
Le jour d’espoir est arrivé
Contre nous de la tyrannie
Tout un peuple doit se lever.
Entendez-vous à l’Assemblée,
Ces ministres, ces députés,
Qui viennent partout nous répéter
Il faut qu’on libère la croissance,
Pas de croissance sans confiance,
La confiance dans la concurrence,
La concurrence notre seule chance
Il faut affronter le marché


Le grand marché mondialisé
Et ça réclame des sacrifices
On n’peut plus vivre comme jadis
Faut accepter faut s’adapter
Dans les retraites il faut tailler
Et la santé doit rapporter
Les autoroutes qu’il faut brader
Allons enfants de mon pays
Le jour d’espoir est arrivé
Contre nous de la tyrannie
Tout un peuple doit se lever.
Les voyez-vous à la télé,
Ces milliardaires, ces PDG,
Tout juste bons à radoter :
Travailler plus pour gagner plus
Consommer plus et produire plus
Il faut bien vendre pour acheter
Et exporter pour importer
Même si bien sûr l’environn’ment
L’environn’ment c’est important
On jure à Davos tous les ans
Que le réchauff’ment climatique
Que la mer pleine de plastique
Ca nous inquiète fortement
Ca nous angoisse pour nos enfants
Et c’est promis pour deux mille trente
Ou bien alors deux mille cinquante
On va enl’ver de nos patates
Dix-sept pour cents de glyphosate,
Monsanto sera très fâché
Mais nous on va leur résister
Résistance !
Résistance !
Allons enfants de mon pays
Le jour d’espoir est arrivé
Contre nous de la tyrannie
Tout un peuple doit se lever.
Qu’on obéisse à nos bons maîtres,
Et la planète fait place nette,
Plus d’hirondelles, plus de moineaux,
Plus de sauterelles, et plus d’oiseaux.
Ils nous envoient droit dans le mur,
Qu’éclabouss’ra notre sang impur.
Alors, y a plus le choix les copains,
Aux âmes, aux âmes, les citoyens !
Et les copines, les citoyennes,
Les mi-toyens, les mi-toyennes,
Marchons, marchons vers leurs palais,
Oui mais même pas pour les chasser,
Qu’on les enferme à double tour,
Et que la vie reprenne son cours,
Et que surtout entre nos mains
On reprenne notre destin,
L’air qu’on respire, l’eau que l’on boit,
Les paysages que l’on voit,
Les mots qu’on dit, démocratie,
Et pas seulement pour faire joli.
Allons enfants de mon pays
Le jour d’espoir est arrivé
Contre nous de la tyrannie
Tout un peuple doit se lever.
source https://francoisruffin.fr/ma-marseillaise/

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s